Conférences et débats

Festival A travers champs

Festival A travers champs

A TRAVERS CHAMPS, le Festival du film sur la ruralité

La ruralité ? Qui ne s’est pas interrogé sur ce que recouvre ce mot ?
Pensez-vous que vous vivez dans une région rurale ? Si oui, comment la définissez-vous ? Et si non, comment vous représentez-vous une région « rurale » ? Par opposition à quoi ?
C’est à la rencontre de la diversité des définitions et des représentations de la ruralité que les organisateurs de la 7ème édition du Festival A travers champs vous emmèneront en mars 2020.

Depuis 2008, tous les deux ans, le Festival propose une sélection de regards de cinéastes sur la ruralité, à travers des films de fiction ou des documentaires. Sur ce qui la compose, la caractérise, et cela partout dans le monde. Sur les questions qui s’y posent, parfois avec urgence. L’agriculture, les métiers de la terre, l’habitat, l’environnement, les ressources alimentaires, la mobilité, les services publics… Y vivre et/ou en vivre ? Y vivre mieux ? La quitter ? La réinventer ? La protéger ? Où ? Comment ? Avec quels moyens, quelles ressources, quelles forces vives ? Et pourquoi ?
Les films qui ouvrent nos regards, avec la sensibilité de leurs réalisateurs, sont nombreux, depuis le début de l’histoire du cinéma.

Du 1er au 29 mars 2020, pas moins de 22 Centres culturels et/ou salles de village, répartis dans les provinces de Namur et de Luxembourg, vous accueilleront : Anhée, Beauraing, Bièvre, Ciney, Dinant, Durbuy, Erezée, Forzée, Hastière, Havelange, Hotton, Houffalize, La Roche, Libramont, Manhay, Marche-en-Famenne, Nassogne, Rendeux, St-Hubert (Vesqueville), Tellin, Tenneville, Rochefort.
Autour d’une trentaine de films, de rencontres avec les réalisateurs, d’échanges entre citoyens, de moments conviviaux, d’expositions, de débats, de dégustations de produits locaux, avec le concours de nombreuses associations locales, le Festival permettra de mieux comprendre et de participer à la transformation et à l’évolution en cours de « ces ruralités » aussi diverses.

En savoir plus
Conférence : “Une campagne de mesure en Antarctique : pourquoi ?”

Conférence : “Une campagne de mesure en Antarctique : pourquoi ?”

Plus de 30 degrés en Norvège, 42,4° en Arménie, 48,2° en Californie, une cinquantaine en Algérie et 34,6 degrés à Uccle en Belgique : l’été 2018 a été marqué par de nombreux pics de chaleur à travers le monde. Des records de températures sont attendus partout en Europe. Et l’année 2019 enchaîne les records avec 3 pics de chaleur durant l’été. Cette “situation météorologique exceptionnelle” et “extrême” est-elle due au réchauffement climatique ? La question enflamme les débats. Hugues Goosse, professeur de climatologie à L’Université catholique de Louvain (UCL) et originaire de Bras va tenter de répondre à cette question. Il nous fera part de son expérience lors de la campagne de mesure en Antarctique à laquelle il a participé.
Et on ne peut pas dire qu’il est optimiste même s’il estime qu’il faut agir.

En savoir plus

Conference:”La sorcellerie en Ardenne”

Albert Moxhet s’attache à montrer combien,dans notre région,à l’époque,une peur religieuse et sociale entretenue par un appareil juridique très sommaire,a pu jeter la suspicion et le discrédit sur nombre de personnes dont la seule faute était souvent d’être marginales et d’avoir des connaissances scientifiques aussi empiriques que peu officielles.
En regard de l’histoire de la sorcellerie européenne,celle de l’Ardenne s’inscrit dans une généralité que colorent les peurs religieuse et économique d’une société essentiellement agricole.Les 16e et 17e siècles ont été les années de plomb d’une persécution dont les femmes principalement ont fait les frais.Les différences qui se marquent entre le Nord et le Sud de l’Ardenne se diluent dans les procès dont cet exposé,largement illustré,donne des extraits significatifs d’une mentalité qui,sous d’autres formes,se retrouve encore à notre époque.

En savoir plus
Ciné-débat: “Deux degrés avant la fin du monde”

Ciné-débat: “Deux degrés avant la fin du monde”

Deux degrés Celsius, c’est l’objectif en deçà duquel il faut maintenir le réchauffement de la planète pour éviter le pire. C’est pour cela que la COP21 se réunit du 30 novembre au 11 décembre 2015. Seulement, depuis 1880 les températures ont déjà augmenté de 0,85°C.

En savoir plus
Conférence : “L’identité wallonne”

Conférence : “L’identité wallonne”

Historien et prospectiviste, Philippe Destatte est directeur général de l´Institut Destrée, et spécialisé dans l´intelligence territoriale en politiques publiques, la prospective industrielle ainsi que le développement régional. Formé à la prospective en France et aux Etats-Unis, notamment à l´Université de Houston, Philippe Destatte enseigne cette discipline en master professionnel d´Economie aux universités de Paris-Diderot et de Reims Champagne-Ardenne où il anime un atelier sur la prospective appliquée au développement durable.
Aujourd’hui il s’intéresse à l’identité wallonne. Son but, considérer que le mouvement wallon – et les idées qu’il défend – a constitué une dynamique wallonne dans la réforme de l’Etat belge, à partir de plusieurs moteurs d’affirmation de la Wallonie, en jouant un rôle central et capital comme porte-parole, relais et support politique de l’identité wallonne.
En Wallonie comme ailleurs, le débat sur l’identité est omniprésent. Contrairement à la Flandre où certains proclament haut et fort l’existence d’une nation flamande, dans le Sud du pays, ce concept est généralement récusé au nom d’une identité wallonne post-nationale
La légitimation par le passé n’apparaît nullement comme une condition déterminante de la reconnaissance d’une identité régionale. Toutefois, si l’on donne la priorité à la construction d’une identité citoyenne – totalement rationnelle – plutôt qu’à la formation d’une identité nationale, la connaissance de l’histoire sera déterminante dans la formation d’une citoyenneté qui produise davantage une volonté de participer qu’un sentiment d’appartenance. Une conférence à ne pas manquer.

En savoir plus
Groupe de discussion “Parlons-en”

Groupe de discussion “Parlons-en”

Groupe de discussion le 4e dimanche du mois de 10h à 12h (sauf mai et juin= 3e dimanche du mois) – 2 euros/ séance – infos: 0476/ 64 90 32
22/09 : « Nous sommes ce que nous mangeons »
27/10: « Les tabous »
24/11: « Le devoir de mémoire «
22/12: « Tentation(s) »
26/01/20: « Les rêves d’enfant »
23/02: « Le cycle des fêtes de l’hiver »
22/03: « Les a priori »
26/04: « L’impératif de la disponibilité «
17/05: « Je suis fier.e de… »
21/06: « C’est l’été ”

En savoir plus