Spectacles et concerts

Théâtre : “Plasticine”

15h30, sortie de l’école. Trois adultes, attendant que les portes s’ouvrent, racontent le moment de leur enfance où la plasticine s’est mélangée. Ce jour où toutes les couleurs vives de la pâte à modeler sont devenues moches, où l’on a compris que les adultes ne savaient pas tout, qu’ils pouvaient être doux et violents, qu’ils pouvaient croire des choses mais sans vraiment savoir, qu’ils pouvaient mentir, qu’on pouvait mourir à dix ans, qu’on pouvait être amoureux à six ans, et que rien n’était plus beau qu’une balade en vélo avec papa par un joli matin d’été…
Plasticine est un spectacle pour tous à partir de 8 ans, entre théâtre et cabaret, vélo et tracteur, humour et nostalgie…

En savoir plus

Théâtre:”Un silence ordinaire”

D’abord,il y a Clara,qui voudrait bien que son père ne soit pas «comme ça».Il y a aussi Leila qui voudrait passer une soirée sans «penser à ça».Et puis,il y a Alexandre qui a retrouvé la joie de vivre depuis qu’il a arrêté «cette chose-là».Et Jeremy qui ne sait pas comment sauver sa mère de «ce truc-là».Enfin,il y a Janine qui respire depuis qu’elle a accepté qu’elle ne pouvait rien changer à «ça».Il y a moi aussi,Didier,qui cherche comment parler de «ça».
Raconter les histoires des autres,c’est aller vers l’autre mais aussi tenter de se rapprocher de la sienne.Suivant la voie du théâtre documentaire,Un silence ordinaire,nous propose de partager,dans une narration simple et sincère,des récits de vies liés à l’alcoolisme.Symbole de convivialité,de fête et de plaisir autant que signe de maladie,de rejet et d’isolement,qu’est-ce que l’alcool nous dévoile de nous-même et de notre société?Au delà de ces questions,le spectacle cherche comment briser un tabou,comment casser les murs qui enferment les non-dits?
Dans une mise en scène épurée d’Olivier Lenel,le spectacle pérégrine avec poésie,humour et sensibilité dans la complexité de nos questionnements.Avec la complicité sur le plateau de la bassiste Alice Vande Voorde,l’auteur et comédien Didier Poiteaux,ouvre nos imaginaires sans jamais nous imposer d’images figées ou d’avis arrêtés,alterne les formes du récit et du jeu théâtral pour nous faire partager de manière forte et intimiste son cheminement.
La franchise du propos touche la réalité.Elle remet en place les préjugés,réactions négatives,maladresses,inquiétudes.Et,à la fin,le comédien ne fait pas appel à la sensiblerie qui donne l’illusion d’avoir de l’empathie,il termine en suscitant un sentiment profond,palpable dans le silence de l’écoute.Monsieur Poiteaux,merci.Merci,Didier.

En savoir plus

Spectacle:”Le Patamodd”

Georges crée en pâte à modeler le Patamodd,qui prend vie au cours du spectacle.Les quatre musiciens l’accueillent avec bonhomie jusqu’au moment où ils se rendent compte qu’il est un empêcheur de tourner en rond désagréable et veut avant tout semer la zizanie.Avec l’aide du public et en faisant des efforts sur eux-mêmes,les musiciens tenteront d’amadouer le Patamodd.
Il y a 10 ans,le Patamodd s’incrustait sur scène,mettant à mal les liens entre Lili et ses frères.Aujourd’hui,les enfants qui ont vu Le Patamodd ont entre 13 et 18 ans!Afin que la nouvelle génération en profite,Les Déménageurs ont redonné une nouvelle vie à ce spectacle avec une mise en scène actualisée et en lui offrant plus de moyens (lumières, décors,animations,chansons inédites).
Et forcément,un concert des Déménageurs,puisque c’est d’eux qu’il s’agit,ça déménage.Et croyez-nous,en rentrant à la maison,dans la voiture,ceux qui chanteront le plus fort ne seront pas forcément assis derrière.

En savoir plus

Spectacle:”Guillermo Guiz:«Au suivant!»”

«A 38 ans,l’âge du Christ»,Guillermo Guiz revient sur son éducation,élevé par un père seul,féministe et misogyne,qui était sûr de «l’inexistence de Dieu,mais pas du temps de cuisson des œufs mollets.L’humoriste évoque la thématique de la transmission,livrant un témoignage aussi drôle qu’émouvant sur son rapport à l’enfance.
Avec son débit au marteau piq’ et sa diction un brin brouillonne,qui font sa singularité,Guillermo Guiz balance vanne sur vanne.C’est qu’il faut être au taquet avec le gaillard:un éclat de rire un peu trop prononcé et,hop,on loupe la blague sur laquelle il a enchaîné.Mais qu’importe,la suivante est déjà là.
Pendant près d’1h40,l’humoriste balade son public d’un sujet à l’autre–la grossesse,les pères célibataires,l’alcool(isme),le consentement,la religion,la pédophilie,l’inceste,les femmes,l’amour,le sexe,l’école,l’immigration,mais en rebondissant toujours habilement et intelligemment sur sa thématique de départ,guidée par un fil rouge:son père,André Verstraeten.En filigrane de son humour vif,piquant,nerveux,où il n’hésite pas à se moquer de lui-même et de ses déboires,Guillermo Guiz laisse,ici,affleurer ses souvenirs,ses blessures,ses failles d’enfant,d’ado,d’adulte.

En savoir plus

Spectacle:”Guillermo Guiz:«Au suivant!»”

«A 38 ans,l’âge du Christ»,Guillermo Guiz revient sur son éducation,élevé par un père seul,féministe et misogyne,qui était sûr de «l’inexistence de Dieu,mais pas du temps de cuisson des œufs mollets.L’humoriste évoque la thématique de la transmission,livrant un témoignage aussi drôle qu’émouvant sur son rapport à l’enfance.
Avec son débit au marteau piq’ et sa diction un brin brouillonne,qui font sa singularité,Guillermo Guiz balance vanne sur vanne.C’est qu’il faut être au taquet avec le gaillard:un éclat de rire un peu trop prononcé et,hop,on loupe la blague sur laquelle il a enchaîné.Mais qu’importe,la suivante est déjà là.
Pendant près d’1h40,l’humoriste balade son public d’un sujet à l’autre–la grossesse,les pères célibataires,l’alcool(isme),le consentement,la religion,la pédophilie,l’inceste,les femmes,l’amour,le sexe,l’école,l’immigration,mais en rebondissant toujours habilement et intelligemment sur sa thématique de départ,guidée par un fil rouge:son père,André Verstraeten.En filigrane de son humour vif,piquant,nerveux,où il n’hésite pas à se moquer de lui-même et de ses déboires,Guillermo Guiz laisse,ici,affleurer ses souvenirs,ses blessures,ses failles d’enfant,d’ado,d’adulte.

En savoir plus

Spectacle:”Guillermo Guiz:«Au suivant!»”

«A 38 ans,l’âge du Christ»,Guillermo Guiz revient sur son éducation,élevé par un père seul,féministe et misogyne,qui était sûr de «l’inexistence de Dieu,mais pas du temps de cuisson des œufs mollets.L’humoriste évoque la thématique de la transmission,livrant un témoignage aussi drôle qu’émouvant sur son rapport à l’enfance.
Avec son débit au marteau piq’ et sa diction un brin brouillonne,qui font sa singularité,Guillermo Guiz balance vanne sur vanne.C’est qu’il faut être au taquet avec le gaillard:un éclat de rire un peu trop prononcé et,hop,on loupe la blague sur laquelle il a enchaîné.Mais qu’importe,la suivante est déjà là.
Pendant près d’1h40,l’humoriste balade son public d’un sujet à l’autre–la grossesse,les pères célibataires,l’alcool(isme),le consentement,la religion,la pédophilie,l’inceste,les femmes,l’amour,le sexe,l’école,l’immigration,mais en rebondissant toujours habilement et intelligemment sur sa thématique de départ,guidée par un fil rouge:son père,André Verstraeten.En filigrane de son humour vif,piquant,nerveux,où il n’hésite pas à se moquer de lui-même et de ses déboires,Guillermo Guiz laisse,ici,affleurer ses souvenirs,ses blessures,ses failles d’enfant,d’ado,d’adulte.

En savoir plus

Spectacle:”Guillermo Guiz:«Au suivant!»”

«A 38 ans,l’âge du Christ»,Guillermo Guiz revient sur son éducation,élevé par un père seul,féministe et misogyne,qui était sûr de «l’inexistence de Dieu,mais pas du temps de cuisson des œufs mollets.L’humoriste évoque la thématique de la transmission,livrant un témoignage aussi drôle qu’émouvant sur son rapport à l’enfance.
Avec son débit au marteau piq’ et sa diction un brin brouillonne,qui font sa singularité,Guillermo Guiz balance vanne sur vanne.C’est qu’il faut être au taquet avec le gaillard:un éclat de rire un peu trop prononcé et,hop,on loupe la blague sur laquelle il a enchaîné.Mais qu’importe,la suivante est déjà là.
Pendant près d’1h40,l’humoriste balade son public d’un sujet à l’autre–la grossesse,les pères célibataires,l’alcool(isme),le consentement,la religion,la pédophilie,l’inceste,les femmes,l’amour,le sexe,l’école,l’immigration,mais en rebondissant toujours habilement et intelligemment sur sa thématique de départ,guidée par un fil rouge:son père,André Verstraeten.En filigrane de son humour vif,piquant,nerveux,où il n’hésite pas à se moquer de lui-même et de ses déboires,Guillermo Guiz laisse,ici,affleurer ses souvenirs,ses blessures,ses failles d’enfant,d’ado,d’adulte.

En savoir plus

Concert:”Lady Cover”

Lady Cover,c’est de la classe,du tempérament,de l’énergie,de la délicatesse,de l’excentricité maîtrisée,du caractère et beaucoup de talent!Cette équipe entraîne le public dans les mêmes univers musicaux avec le même esprit de la fête et du voyage que Mister Cover…mais cette fois…c’est une Lady aux commandes!Accrochez-vous!Le groupe vous propose 2h30 de show non-stop avec une set list d’artistes féminines aussi variée qu’entrainante:France Gall,Aretha Franklin,Sia, Madonna,Shakira,Katy Perry…

En savoir plus

Spectacle:”Guillermo Guiz:«Au suivant!»”

«A 38 ans,l’âge du Christ»,Guillermo Guiz revient sur son éducation,élevé par un père seul,féministe et misogyne,qui était sûr de «l’inexistence de Dieu,mais pas du temps de cuisson des œufs mollets.L’humoriste évoque la thématique de la transmission,livrant un témoignage aussi drôle qu’émouvant sur son rapport à l’enfance.
Avec son débit au marteau piq’ et sa diction un brin brouillonne,qui font sa singularité,Guillermo Guiz balance vanne sur vanne.C’est qu’il faut être au taquet avec le gaillard:un éclat de rire un peu trop prononcé et,hop,on loupe la blague sur laquelle il a enchaîné.Mais qu’importe,la suivante est déjà là.
Pendant près d’1h40,l’humoriste balade son public d’un sujet à l’autre–la grossesse,les pères célibataires,l’alcool(isme),le consentement,la religion,la pédophilie,l’inceste,les femmes,l’amour,le sexe,l’école,l’immigration,mais en rebondissant toujours habilement et intelligemment sur sa thématique de départ,guidée par un fil rouge:son père,André Verstraeten.En filigrane de son humour vif,piquant,nerveux,où il n’hésite pas à se moquer de lui-même et de ses déboires,Guillermo Guiz laisse,ici,affleurer ses souvenirs,ses blessures,ses failles d’enfant,d’ado,d’adulte.

En savoir plus